Le financement participatif sur le marché allemand

Article de Laure Zehnacker, rédactrice pour mon-comparateur et assurance-crédit immobilier

 

En France, le gouvernement encadre juridiquement le financement participatif depuis le 1er octobre 2014, en Allemagne, une association lançait la même année le revenu universel par le crowdfunding.

Cela a à voir avec le système légèrement plus libéral que le nôtre. Le crowdfunding est donc populaire de l’autre côté du Rhin, de nombreuses plateformes se sont spécialisées dans différents domaines, allant de l’art à l’immobilier. Là où l’Allemagne est devenue un précurseur, c’est pour le revenu universel.

Le crowdfunding et l’Allemagne

 

Plus anglo-saxonne dans ses habitudes, l’Allemagne utilise le crowdfunding pour des projets citoyens ou artistiques. Le financement participatif est une tentative de redynamiser les relations entre les particuliers et l’économie. Elle est une démocratisation de projets sortants normalement du ventre de grosses industries, mais auxquels les citoyens peuvent participer en versant des petites sommes.

Et le crowdfunding en Allemagne débute par le cinéma, ce qui rend le principe de crowdfunding très populaire.

C’est donc en 2004, que l’industrie du cinéma lance une grande opération de financement participatif pour le roadmovie Hatshi Madame – Désolé Monsieur. S’en suit des projets similaires, toujours avec une grande résonnance pour les films Hotel Desire en 2011 et Stromberg le Film en 2013 qui en fait l’un des plus grands succès du crowdfunding.

Le cinéma est l’entrée en matière dans le monde du crowdfunding, qui a inspiré des idées non moins créatives aux régions et aux associations. Tout comme en France, on trouve du crowdfunding immobilier, du crowdfunding pour les entreprises. Mais ce qui différencie la France de l’Allemagne, c’est son projet de revenu universel.

Le revenu universel, une expérience grâce au financement participatif

 

Ils s’appellent Mein Grundeinkommen et est issu d’une initiative collective lancée par Michael Bohmeyer. Le revenu universel est ainsi devenu une réalité en Allemagne.

Une association a donc lancé en 2014 un appel aux dons pour financer des citoyens tirés au sort. Il leur sera alors versé pendant un an, 1000€ par mois sans conditions de ressources ou d’âge (même des enfants).

Ce qui le différencie du chômage, c’est que cet argent est attribué même aux salariés à temps plein ou aux freelances, artistes et autres citoyens.

Encore une fois, le projet a mis en lumière les possibilités qu’offraient le crowdfunding, inspirant par là-même d’autres pays pour mettre en place certains projets politiques tel que le revenu universel.

Quelques chiffres sur le financement participatif en Allemagne

 

Des établissements de crédit veulent permettre de créer des comptes de collecte collective, c’est dire si le crowdfunding est ancré dans l’esprit de la société allemande.

  • Seedmatrch est la première plateforme qui s’est imposée sur le marché allemand
  • 159 revenus universels financés
  • 141 personnes ont perçu ou perçoivent le revenu universel
  • 1 million d’euros récoltés en 2016
  • L’Allemagne est en 3ème place en Europe sur les volumes collectés en 2016 toutes sources de financements participatifs mélangés
  • Un million d’euros collectés en une semaine pour le film Stromberg, ce qui en fait un des projets phares du crowdfunding en Allemagne. 3 000 personnes ont versé des dons.
  2016

2017

2016 vs 2017
Immobilier 40,2 Mil. € 131,17 Mil. € + 227%
Entreprise 18,8 Mil. € 31,0 Mil. € + 66%
Energie 4,8 Mil. € 9,8 Mil. € + 102%
Total 63,8 Mil. € 172,5 Mil. € + 170%

 

Source : www.crowdfunding.de/jahresrueckblick-2017/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *